Vous avez dit « Éducation à l’environnement » ?

Comprendre, agir et vivre ensemble

Le concept d’éducation à l’environnement est souvent perçu comme complexe et difficile à expliquer. Il s’agit en fait d’accompagner les grands défis que la Guyane devra relever dans les années qui viennent : jeunesse et emploi, gestion de l’urbanisation, rattrapage structurel, production énergétique, gestion de la biodiversité, etc.,

Dans l’optique d’accompagner ce changement de société, l’EEDD regroupe une multitude d’initiatives qui permettent aux Hommes de revisiter leurs modes de vie tout en favorisant l’épanouissement de chacun. Ce changement passe par une éducation qui s’adresse à tous, tout au long de la vie. Elle tend vers la transformation profonde des sociétés en tenant compte du social, de l’écologie et de l’économie.

LE SOCIAL : l’EEDD crée du lien entre tous, replace la solidarité au cœur des relations humaines. Par le choix de modes de vie plus sains, basés sur la création de passerelles entre les savoirs scientifiques et culturels, favorisant les échanges et les connaissances des populations et valorisant la biodiversité guyanaise et ses utilisations culturelles, elle agit sur le vivre ensemble. Elle est facteur de participation citoyenne.
L’ECOLOGIE 
: l’EEDD replace naturellement l’Homme comme faisant partie de la biodiversité. Elle apporte les connaissances primordiales de l’écologie et favorise la préservation des espèces. Elle contribue à faire découvrir et préserver la beauté de la nature, source d’émerveillement pour les humains.

L’ECONOMIE : l’EEDD permet de favoriser des modes de vie qui évitent les gaspillages, les surproductions, la surconsommation, les délocalisations, les pollutions, la production de déchets, etc. Elle se fait la promotion des productions et consommation locales dans de nombreux domaines (alimentation, artisanat, construction, etc). Elle favorise une économie locale, sociale et solidaire maîtrisant les effets négatifs des productions exogènes.

Sa finalité est l’émergence de citoyens responsables, autonomes, respectueux de la vie et des Hommes, capables de participer à l’action et à la décision collective.

Formation, sensibilisation, éducation formelle ou non formelle, les terrains sont nombreux où elle s’adresse à tous et à tous les âges de la vie.

En Guyane, les acteurs de l’éducation à l’environnement, mobilisés en réseau au sein du GRAINE depuis plus de 15 ans, en sont persuadés : l’éducation à l’environnement est étroitement liée à l’éducation populaire et citoyenne, elle s’inscrit pleinement dans le développement des territoires dans une perspective de développement durable.

Parce qu’il n’y aura pas de développement endogène durable sans éducation à l’environnement.